La fabrication du Cidre en Normandie

Récolte de pommes

Il faut de belles pommes…

Les pommes à cidres ne sont pas des pommes banales : elles sont amères et douces-amères pour la majorité. On y adjoint un peu de pommes acidulées et douces pour le bon équilibre de cette fabrication normande emblématique.

Elle sont le lien indispensable à la terre normande.

…avec un beau pressoir !

Nos pommes sont triées, lavées puis râpées : on obtient le marc de pommes. L’étape suivante sera l’extraction du jus.

Pour cela on utilise un pressoir. La maison Hérout utilise toujours un pressoir traditionnel, dit “à paquets”. Le marc de pommes est étalé en couches successives dans des toiles séparées de claies en bois pour faciliter le drainage.

On presse et le pur jus coule (le moût).

L’étape de la fermentation

Le moût va au fil des semaines fermenter, c’est à dire que le sucre du jus va  naturellement se transformer en alcool grâce aux levures indigènes.

Ainsi, le moût deviendra cidre doux, puis cidre demi-sec, puis cidre sec ou brut, voire extra-brut !

Qu’est ce qui définit un cidre bouché ?

L’assemblage des variétés ou des cuvées, puis le choix du moment de la mise en bouteille, au cours de sa fermentation, feront la distinction des cuvées.

Pur jus, en bouteille dite champenoise, avec un bouchon champignon, nous aurons un cidre dit “Bouché”.

La formation des bulles

Encore un peu de patience (au moins 2 mois) et les levures continueront leur oeuvre en fermentant naturellement en bouteille, permettant l’apparition de l’effervescence dans la bouteille.

C’est la prise de mousse naturelle, sans gazéification. C’est la technique utilisée à la cidrerie Hérout. Nos cidres ne sont ni pasteurisés, ni gazéifiés.

Artisanal, biologique, sans gluten et vegan !

On aime !